Clotilde Trouillaud : interview

clotilde-trouillaudHarpiste renommée dans le monde de la harpe celtique, Clotilde Trouillaud a collaboré très vite avec Breizh Music en enregistrant 24 vidéos de cours de harpe bretonne pour les abonnés de Breizh Music. Elle y alterne mélodies, marches et danses et s’accompagne régulièrement du chant pour dispenser ses cours.

Enjouée et pleine de projets, elle s’est prêtée au jeu des questions réponses pour les bloggeurs de Breizh Music.

This interview has been writen in english too, see below for translation ……

Comment es tu arrivée à la harpe celtique ?

C’est très simple en réalité. Ma sœur prenait des cours de harpe celtique avec Brigitte Baronnet (1) pendant que toute la famille Trouillaud faisait partie du cercle de Châteaubriant (44). J’ai donc découvert la harpe à cette époque et c’est à l’age de huit ans que j’ai commencé à prendre des cours moi aussi avec B Baronnet et ce jusqu’au bac donc mes 18 ans.

A partir de là, j’intègre le conservatoire de Nantes. Je prends des cours avec Christophe Caron pour la partie traditionnelle et avec Catherne N’Guyen pour les cours de harpe .Je sors avec mon DEM (Diplôme d’études musicales) en poche.

Ensuite, je donne des cours de harpe tout d’abord en Loire-Atlantique et en Ille et Vilaine puis enfin dans le Morbihan. Je suis actuellement prof de harpe au conservatoire de Pontivy (56) et à l’école de musique de Baud.

Comment sont nées les fileuses ?

C’est une aventure qui commence au conservatoire en 2001 puisque nous avions l’habitude de répéter ensemble. Et ensuite, on a continué à se voir parce que nous étions de bonnes copines (et c’est toujours le cas) et qu’on passait du bon temps ensemble à jouer.

Les fileusesAvec les Fileuses, nous avons enregistré deux albums. Le premier « trio de harpes » est épuisé et le second est arrivé en 2008 qui s’appelle « En caravane » avec beaucoup de compositions. (2008, Distribution Coop Breizh)

C’est un trio qui a marqué car beaucoup de personnes qui me rencontrent me demandent « Alors quand est ce qu’on va réentendre les fileuses ? »

Et l’aventure Sylbat ?

Avec Sylbat, c’est totalement différent. L’histoire commence à la demande du festival Roue Waroch de Plescop qui me donne pour l’occasion carte blanche.

fond-sylbat-clotilde-trouillaudJe n’avais pas envie d’une formule acoustique et je voulais faire un concert avec des musiciens du pays. J’ai donc demander à Hilaire Rama (basse), Patrick Boileau (batterie) et Hélène Brunet (guitare) de me rejoindre. J’ai apporté les thèmes et j’ai demandé à Patrick de faire les arrangements. Sylbat est au carrefour du rock et de la musique progressive, la harpe électro  répondant à la guitare électrique.

On a fait tous les gros festivals, des vieilles charrues en passant par Quimper , Marseille ….

On a enregistré un album : « Mara » (2008, Distribution Keltia Musique)

Puis vient le temps de « Solo » ?

J’avais envie de continuer seule pour faire ce que j’avais envie de faire. Des compositions que j’avais en moi depuis longtemps et qui devaient sortir. J’ai adoré faire cet album qui est sorti en 2011. Cela m’a permis aussi de gagner en notoriété et de me faire mieux connaître.

C’est un exercice aussi qui m’a obligé à beaucoup travailler pour chercher la perfection. C’est une approche totalement différente qui demande de la rigueur et du travail.

J’ai été accompagnée par Yanna Plougoulm qui a été ma coach musical et m’a poussée à aller au fond des morceaux.

Après New York en 2012, tu rentres d’une tournée au Japon. Tu peux nous en dire plus ?

C’est une histoire là aussi étonnante. Il existe au Japon une chaine de grands magasins de meubles, papetteries, vêtements, CD … qui s’appelle Muji. Elle produit une série de CD de musiques traditionnelles du monde et en 2012, ils avaient choisi la Bretagne. Il y a donc eu enregistrement d’un CD en Bretagne et une tournée au Japon a été programmée pour juin 2013.

J’ai donc fait le voyage avec Jacky Molard( violon)  Eric Liorzou (guitare)et Thomas Bocher (flûte) pour jouer ensemble au Japon. Nous avons fait 4 concerts dans différentes villes comme Tokyo et Osaka et plusieurs show case. C’est marrant d’ailleurs parce que les japonais viennent au show case comme s’ils venaient en concert. Ils arrivent à l’heure, sont assis et écoutent attentivement parce qu’ils sont venus ici pour cela.

Nous avons reçu un accueil formidable et j’ai rencontré beaucoup de harpistes qui faisaient le déplacement uniquement pour écouter de la musique bretonne.

Quels sont tes projets maintenant ?

J’ai un duo (duo de harpes : électrique et acoustique)avec Maël Lhopiteau qui fonctionne bien en musique à danser. Nous avons fait quelques festou noz et cela se passe bien.

Je travaille aussi dans un trio avec Erwan Tobie (accordéon) et Mathieu Sérot  et je commence à réfléchir à mon prochain album solo.

Et le trio des Fileuses de Nuit mijote un nouveau programme à déguster à partir du printemps 2014 !

Et puis je continue l’aventure Breizh Music car j’enregistre bientôt une nouvelle série de cours de harpe bretonne.

(1) Brigitte Baronnet a été membre de Telenn Bleimor, l’ensemble de harpes breton basé à Paris et créé par Denise Mégevand.

IMG_5681

Renowned harpist in the world of Celtic harp, Clotilde Trouillaud worked with Breizh Music from the beginning and recorded 24 Breton harp video lessons for Breizh Music subscribers. She alternates melodies, marches, dances… and regularly sings and plays along in her lessons.

Lively and full of projects, she has accepted to answer a few questions for Breizh Music Blog addicts.

 How did you come to the harp?

It’s very simple actually. My sister took harp lessons with Brigitte Baronet (1) and at the same time the whole Trouillaud family was part of the « Cercle de Chateaubriant » (44). So I discovered the harp at that period and at the age of eight I too started to take lessons with B. Baronet and so until High School at the age of 18.

From then on, I joined the Conservatory of Nantes. I took lessons with Christophe Caron for the traditional side and Catherine Nguyen for harp lessons. I got out with a « DEM » (Diploma in Music Studies) in my pocket.

Then I taught harp in “Loire-Atlantique” and “Ille et Vilaine” first and then in “Morbihan”. I am currently professor of harp at the « Conservatoire de Pontivy (56) » and the School of Music in Baud.

How was the project « les Fileuses » born?

It is an adventure that began at the Conservatory in 2001 since we had the habit to rehearse together. And then we kept seeing each other because we were good friends (which is still true) and we had good time playing together.

Les fileusesWith « Les Fileuses », we recorded two albums. The first « Trio de harpes » is out of stock and the second came in 2008 « En caravane » with lots of personal stuff. (2008 Distribution Coop Breizh)

This is a trio that made a strong impression because many persons I meet ask me « So when are we going to hear « Les Fileuses » again?  »

 And this other project with « Sylbat »?

With Sylbat is totally different. The story begins with a request from « Roué Waroch Festival» in Plescop, they gave me a white card for the occasion.

fond-sylbat-clotilde-trouillaudI did not want an acoustic sound and I wished to do a concert with local musicians. So I asked Hilaire Rama (bass), Patrick Boileau (drums) and Hélène Brunet (electric guitar) to join me. I brought the tunes and asked Patrick to make the arrangements. Sylbat is at the crossroads of rock and progressive music, electro harp responding to the electric guitar.

We did all the big festivals, from « Les vielles charrues » to Quimper, Marseille….

We recorded one album, « Mara » (2008 Keltia Music Distribution)

 Then comes the time of « Solo »?

I wanted to go alone and do what I wanted to do. Personal tunes that I had in me for a long time and had to come out. I loved making this album, which was released in 2011. It also allowed me to gain notoriety and to know me better.

It is an exercise that also forced me to work hard and seek perfection. It’s a totally different approach that requires rigorous work.

I was accompanied by Yanna Plougoulm who was my musical coach and pushed me to get to the bottom of things.

After New York in 2012, you’re coming back from a tour in Japan. Can you tell us more?

This is another amazing story. In Japan, there are chain stores dealing furniture, paper, clothes, CD… called Muji. They produce a series of CDs of traditional music from all over the world and in 2012 they chose Brittany. Then a CD was recorded in Brittany and a tour of Japan was scheduled for June 2013.

So I made the trip with Jacky Molard (violin) Eric Liorzou (acoustic guitar) and Thomas Bocher (flute) to play in Japan. We did four concerts in different cities such as Tokyo and Osaka and several showcases. It’s also funny because Japanese come to showcases as they do to concerts. They arrive on time, sit still and listen carefully because they came here on purpose.

We received a wonderful welcome and I met a lot of harpists who came a long way only to listen to music from Brittany.

 What are your plans now?

I have a duo that works well in dance music (harp duo: electric and acoustic) with Mael Lhopiteau. We made some festou-noz and it went well.

I also worked in a trio with Erwan Tobie (accordion) and Mathieu Serot (bombard) and I start thinking about my next solo album.

And the trio of « Les Fileuses de Nuit » are also cooking a new program to taste next spring 2014!

And what’s more, I continue the adventure with Breizh Music since I will soon record a new series of Breton harp lessons.

(1) Brigitte Baronet was a member of Telenn Bleimor the Breton harp group based in Paris and created by Denise Mégevand.

IMG_5681

 

Ce contenu a été publié dans Harpe. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.