Championnat des sonneurs à Gourin

championnat des sonneurs

Le week-end dernier a eu lieu, à Gourin, la grande finale du Championnat des Sonneurs de Bretagne – Musiques et danses traditionnelles. Ce rendez-vous, incontournable pour tout sonneur ou passionné de musique bretonne, rassemble la crème des sonneurs qui se sont qualifiés lors d’éliminatoires tout au long de l’année.

Au programme : les gagnants des concours terroirs Gavotte, Fisel, Plinn, Vannetais … que ce soit en « bombarde/biniou Koz », « Bombarde/Cornemuse », Duos libres, Concours « Jeune » ou « Famille ». Sans oublier, à partir de cette année, la grande finale de concours danse organisé par l’association War’l Leur.

Mais, avant toute chose, c’est le bourdonnement des sonneurs qui vous accueille sur le site du Parc du Château de Tronjoly. On se retrouve baigné dans le son des bombardes auxquelles répondent les binious. Gourin c’est une ruche au service de la musique traditionnelle bretonne.

Quarante couples de sonneurs sont en effet venus s’affronter et défendre leurs terroirs avec une marche, une mélodie et un air à danser. Ce championnat, créé en 1956 par Polig Monjarret a vu passer les meilleurs sonneurs de Bretagne. Voici quelques noms de vainqueurs du concours : Alan Stivel qui emporte le titre en concours Braz à 3 reprises, Jorj Botuha à de très nombreuses reprises en concours Koz ou Braz, et encore Daniel Philippe, Baron / Anneix, Roland Becker… bref, la liste est longue et les noms prestigieux.

Pour la petite histoire, voici classement du Championnat des Sonneurs – Gourin 2013:

CONCOURS KOZ

  1. Tymen – Kerveillant
  2. Hervieux – Hervieux
  3. Helias – Breton

Pour voir, et surtout écouter, les grands gagnants rendez-vous sur youtube

CONCOURS BRAZ

  1. Lothodé – Raud
  2. Hénaff – Meunier
  3. Malarde – boderiou

En Duo Libre c’est le couple Lothout – Derrien qui remporte la victoire.

Côté danseurs on dénombrait une centaine de concurrents. La finale est une nouveauté initiée par Marc Muros et Tristan Gloaguen – de War’l Leur. L’idée est de renforcer le lien entre musique et danse en s’associant  avec l’emblématique finale des sonneurs.

Pour compléter la fête le public a pu aussi flâner tout le week-end entre les jeux bretons, un spectacle de magie et, dans l’enceinte du Château, les expositions, le salon des luthiers et écrivains bretons.

Pas étonnant donc que cette grande fête de la musique bretonne affiche des fréquentations en hausse depuis plusieurs années dans l’écrin du site de Tronjoly (4 scènes et une animation permanente) et grâce à une excellente organisation, à la satisfaction de Georges Boutet président du comité d’organisation.

Cela montre aussi que le côté le plus « traditionnel » de la musique fait encore vibrer un public en recherche de racines et de repères.

 

Ce contenu a été publié dans Festivals. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.