La musique traditionnelle inspire-t-elle le rock ?

« La musique traditionnelle, parfois abrégé en « musique trad. »EV, désigne l’ensemble des musiques associées à une culture nationale ou régionale ou à une zone géographique ».

La folk music désignait d’abord dans les pays de langue anglaise la musique populaire traditionnelle.

Étymologiquement, une musique folklorique est une musique … propre à un pays, une culture, un peuple, utilisant des instruments typiques de ceux-ci (ex: pour l’Afrique, la musique folklorique est caractérisée par la cora, instrument typique ) Il existe de la musique traditionnelle polonaise, irlandaise, alsacienne, suisse, normande, auvergnate, portugaise…

Par extension, l’expression « Folk » peut désigner les musiques folkloriques réactualisées locales (irlandaise, écossaise…), voire des musiques anciennes.

Dans le terme « Rock » nous entendrons ici la définition au sens large du terme comprenant donc toutes les musiques dites modernes (électrifiées, électronisées) telles le rock, la pop, le blues, le jazz…et bien sûr la Fusion.

Dès le milieu des années 1960, Alan Stivell, à l’instar de Horslips en Irlande, de Fairport Convention et Steeleye Span en HoslipsAngleterre, ajoute aux instruments traditionnels des éléments venus du rock : guitare électrique, basse, batterie et synthétiseur. Très rapidement dans les années 1970, d’autres groupes suivent cette démarche. On parle alors de « folk rock ».

Le terme « Musique Folk » désigne alors une musique reprenant des musiques traditionnelles ou utilisant des instruments traditionnels (violon, cornemuse, vielle à roue, etc.) dans des compositions originales, mais dans un « style trad».

 

Les unes et les autres sont-elles dissociables ? Les musiques dites modernes ne sont-elles pas parfois issues directement des musiques dites traditionnelles ? En effet, si l’on se penche un peu sur l’Histoire de la musique on se rend vite compte que rien ne nait de rien. La techno est issue du disco lui-même issu du rythm’n blues et de la soul qui sont eux le résultat de l’évolution du blues venant lui-même du gospel et des négro-spirituals.

Si l’on s’en tient uniquement à cette définition, le blues étant né dans les états du sud-est des Etats-Unis, le reggae en Jamaïque…etc, on se doit alors de les considérer comme des musiques traditionnelles.

Si l’on occulte cette réflexion pour ne s’en tenir qu’à la « Fusion » entre musique Rock et musique trad. On s’aperçoit rapidement que le phénomène n’est pas récent et remonte facilement aux années 70.

C’est donc grâce à l’apport du rock américain qui débarquait massivement en Armorique, que la musique bretonne a elle aussi évolué vers le rock. Ce dernier, bénéficiant d’une tradition séStivellculaire, s’en est inspiré, pour créer son originalité.

C’est ainsi, qu’en France notamment, ont pu apparaitre des artistes dont la démarche principale a été de moderniser la musique traditionnelle. C’est le cas en Bretagne en particulier avec des artistes comme A. Stivell, le groupe Tri Yann, les Soneriens Du et d’autres.

Dans les années 1980, avec le fort développement de la musique bretonne, le terme « musique folk » en est venu à désigner les musiques d’inspiration traditionnelle des autres terroirs, pour exemple les albums de folk briard de Marie Courcelle et Cisco Herzhaft.

 

Profitant également de l’acquis instrumental breton, les groupes de rock ont très vite adapté leur musique, en une forme de fusion, au rock et à la musique bretonne. Des groupes comme Soldat Louis, se sont inspirés du répertoire de chants de marins, pour produire une musique très énergique, festive et pour autant traditionnelle dans sa forme.

D’autres, comme EV  ont, de par leurs spécificités, fusionné non seulement le style musical, mais également les origines. Le groupe étant moitié finlandais et moitié breton, les thèmes sont dans les deux langues, puisant dans la tradition ou moderne, la musique rock se teinte des deux cultures traditionnelles.

Notons également les expériences réussies de Pat O’ May, l’Ange-Vert, et Michel Tonnerre.

bon Scott

La France n’est pas le seul pays dans lequel le phénomène existe. Les pays Anglo-Saxon le sont également et notamment de par les fusions entre Rock/pop et musique traditionnelle Celtique (AC/DC : « It’s a long way to the top » – Les Pogues – S. O’Connor).

 

 

D’autres pays vont ensuite suivre le mouvement comme les pays de l’Est, le Japon (Rin’Kagrra – Kao=S) ou quelques pays Africains (Manu Dibango du Cameroun ou Youssou N’Dour du Sénégal).

Aux États-Unis, les musiciens folk sont les gardiens d’une tradition musicale, parolière et historique, d’une Amérique de pionniers, bâtisseurs et voyageurs.

Depuis les années 1990, la renaissance concernant des pays en voie de développement a pris le nom de « musiques du monde ».

 

 

Quelques exemples :

Irelande

http://www.youtube.com/watch?v=chmyx_gBMIs – Alison Moorer / Carrickfergus

http://www.youtube.com/watch?v=au30c9ZMIPg – The Pogues With The Dubliners / Irish rover

http://www.youtube.com/watch?v=13MQFCfCYdQ – Sinead O’Connor & the Chieftains- The Foggy Dew

http://www.youtube.com/watch?v=K7cfNEW3pCY – Horslips / The king of the fairies

Angleterre

http://www.youtube.com/watch?v=ZJg5Op5W7yw – Mahilia Jackson /  Amazing Grace

http://www.youtube.com/watch?v=uVNw0hTYXe8 – Blackmore’s Night / Greensleeves

http://www.youtube.com/watch?v=Dau2_Lt8pbM –  Simon & Garfunkel/ Scarborough Fair

http://www.youtube.com/watch?v=ZKqGXTAdSmw – Fairport Convention

 

Ce contenu a été publié dans Culture bretonne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.