Fest noz : une fabrique d'humanité 2/2 - Blog Breizh Music » Blog Breizh Music 

Fest noz : une fabrique d’humanité 2/2

291-1-n

Un fest noz, rappelons- le, n’est pas un spectacle, et encore moins un concert. Musiciens et chanteurs, quel que soit leur talent ou leur réputation, n’y forment pas une caste à part : il font partie intégrante de la fête ensemble.

Il est donc fortement déconseillé de n’inviter qu’un seul groupe. L’immense majorité des festou-noz accueille ainsi plusieurs groupes qui se relaient à tour de rôle.
Donc, quand les musiciens ne jouent pas, ils boivent, ils mangent, ils  bavardent et ils dansent comme tout le monde. C’est simple….

 Qu’est ce qu’un fest noz ?

Un bon fest noz a aussi besoin de temps. En général, il ne débute guère avant 21 heures le soir pour ne se terminer qu’à l’aube. Suivant la saison, le fest noz dure donc plus ou moins longtemps : c’est comme ça. Ceci étant, un fest noz de deux heures, ça ne s’est jamais vu, même pas dans le Léon, alors que les Léonards sont pourtant des couche-tôt, c’est bien connu.

Enfin, tout fest noz qui se respecte se doit d’avoir une buvette, et une buvette bien fournie, avec un assortiment de désaltérants. Un fest noz vraz a  forcément plusieurs buvettes intelligemment réparties autour du leur, le nom  breton de la piste de danse.

Quant à l’endroit, il a finalement peu d’importance. On peut faire un fest noz à peu près partout, dans l’étroit ou dans le vaste, dans une salle des fêtes municipale, dans une cour de ferme, dans un champ, dans une rue, sur un terrain de foot, dans une cuisine :  partout la magie peut surgir pourvu que la musique, la danse, invitent à la symbiose entre le lieu et la fête qu’on y donne.

Car il n’y a pas de recette toute faite à la réussite d’un fest-noz:  c’est le coeur des gens qui y participent, l’intensité de leurs rapports entre  eux, entre eux et la musique et entre eux et le lieu qui produisent ou non un  moment rare.

Que fait-on dans un fest noz?

La fête, bien sûr, une fête simple et sincère, ce qui fait qu’on n’y va jamais comme ça, pour voir, mais qu’il faut en avoir envie.
L’envie de faire la fête ensemble. Et ça recouvre dans un fest noz deimagesCACNKO6Js réalités
diverses selon les personnes, dans lesquelles chacun peut y trouver son  compte, ce qui explique une bonne part de son succès. On peut se contenter  d’y ripailler et boire un bon coup en discutant de tout et surtout de n’importe
quoi, on peut y venir danser d’un bout à l’autre de la nuit si on n’aime que ça, on peut y choisir de délirer et de faire un peu n’importe quoi de drôle, on peut  faire feu de tout bois de soi ou se montrer le plus discret possible, ou encore
alterner à loisir tous les plaisirs qu’il propose, choisir d’y faire des rencontres
ou rester entre amis.

Il y a autant de façons de vivre un fest noz qu’il existe de personnalités, et pourtant, ce qui frappe toujours l’esprit, c’est cette curieuse impression d’osmose qui en ressort le plus souvent et qui procure le plus grand des plaisirs. Un fest noz a toujours lieu dans un espace défini, et c’est comme si par la grâce de la musique, de la danse, de l’endroit, et plus encore des envies de tout un chacun, l’espace s’élargissait, vibrait le temps d’une nuit.

Un bon fest noz est forcément un moment de fraternité intense et c’est  probablement ce que chacun vient d’abord y chercher, quelle que soit sa  façon singulière de mener sa quête. On peut ressentir ça tout en restant en  marge du leur, mais le moyen le plus approprié pour l’avoir bien dans les  tripes reste quand même l’alliance entre la danse et la musique. Quand on ne  sait pas danser, ça demande un effort, on se dit qu’on va être ridicule. Et là  aussi, il faut avoir envie.

Alors des bras s’ouvrent, des mains accueillent d’autres mains, et portent, des pas guident d’autres pas. C’est parti. Le monde devient mouvant, mouvement. La mélodie pénètre les muscles, on s’abandonne, des têtes de tous âges passent, oscillent, sourient, des pieds martèlent le sol en cadence et là, au coeur du coeur, on est là, heureux d’en être, simplement. On se trouve à la fois unique et démultiplié par les autres. On se trouve, oui. Et on en ressort grandi, gonflé, comme apaisé par ce que l’humanité est capable de produire.

Car c’est ça, un bon fest noz: une fabrique d’humanité.

 

Laissez un commentaire